lundi 21 novembre 2016

The Messenger: Le Silence des Oiseaux Compte rendu de la soirée du 18 novembre 2016





Ce vendredi, dans les locaux du Cefras, a été diffusé le film de la réalisatrice canadienne Su Rynard : The Messenger: Le Silence des Oiseaux. Environ 70 personnes sont venues à cette soirée conférence dans le but de comprendre un peu mieux ce phénomène inquiétant. Le déclin alarmant de la population de passereaux dans le ciel n'est pas un  mythe, ce documentaire permet d'étudier les causes qui mettent en péril les habitats et la vie des oiseaux.

La diffusion du film a été suivie par une discussion animée par Denis Farges et Jean-claude Beaudoin, qui ont permis d'éclaircir certains points et de répondre à toutes les questions.

Les oiseaux jouent un rôle charnière dans l'équilibre de la biodiversité. En effet, ces êtres permettent entre autre la dispersion des graines et la pollinisation des plantes. Mais aujourd'hui leurs habitats sont profondément fragmentés et mis en danger par l'urbanisation, les pesticides et le changement climatique. Beaucoup d'oiseaux sont menacés d’extinction à cause de la chasse, par l'homme, mais aussi par les chats qui sont présents dans de nombreux foyers. L'impact des chats sur la population des oiseaux est très importante. En effet, on compte 1,5 milliard d'oiseaux tués par ces félins par an.





La grande majorité des oiseaux migrent la nuit et se repèrent à la lumière des étoiles. La pollution lumineuse ainsi que le bruit des villes impacte énormément sur la migration des oiseaux en parasitant leurs sens (l'ouïe, la vue), indispensables au bon déroulement de leur voyage. Dans les grandes villes, on retrouve énormément d'oiseaux inanimés au pied des énormes buildings, ceux-ci ne voient pas le verre et peuvent a tout moment percuter des bâtiments.

Dans le film il est question du néonicotinoïde, un insecticide présent sur toutes les cultures de colza au Canada même dans les zones sans danger. Cet insecticide se retrouve dans les eaux environnantes tuant les insectes non ciblés qui servent de nourriture aux oiseaux.

En France, l'interdiction des néonicotinoïdes est repoussée à 2018. En introduisant des délais d'interdiction on laisse les portes ouvertes aux dérogations pour laisser le temps au lobbies de s'organiser.

Un nouveau danger entre dans la spirale de la disparition des oiseaux: le changement climatique. Les oiseaux possèdent une horloge biologique pour leur migration, le changement climatique est trop rapide et ne permet pas à cette horloge de s'adapter, il lui faudrait des centaines, des milliers d'années. L'oiseau ne peut pas savoir si le printemps sera froid ou chaud. S'il est froid, il risque de mourir, s'il est chaud, les réserves de nourriture seront trop faibles pour pouvoir nourrir leurs petits.

Dans la région, on peut prendre l'exemple du Héron garde- bœuf, qui est une espèce tropicale originaire d'Afrique. L'espèce a remonté peu à peu vers le nord entre autre grâce au réchauffement climatique et on le retrouve aujourd'hui dans nos régions. Avec un hiver froid, la population de Héron garde- bœuf diminue de manière importante. 




La chasse des oiseaux reste encore aujourd'hui très développée et très peu réprimandée.Un exemple en France; la chasse à l’ortolan. Beaucoup de chasseurs ne veulent pas voir le fait que le déclin de l'ortolan est une réalité. Ils préfèrent faire prôner les valeurs traditionnelles mais jusqu’où peut-on faire valoir une tradition si celle-ci implique la disparition d'une espèce ?

Chaque personne présente dans la salle avaient elle-même remarqué le déclin de la population de passereaux qui sont de plus en plus confrontés à de nouveaux dangers.

Il est nécessaire que des mesures soient prises au niveau national. Il est d'autant plus important que chacun d'entre nous, par des petits gestes, participe à la protection des passereaux pour que leur chant ne deviennent pas qu'un lointain souvenir...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire